Accueil Bas de page Plan du site

Postscriptum n°16 - Six ans déjà. Petit retour en arrière

Notre site a six ans et loin de s’inscrire au cours préparatoire, il est déjà vieux et a pris bien des rides.

Le début de l’histoire se présentait plutôt bien : il y avait une cohérence suffisante, un objectif bien défini, et les pages s’enchaînaient selon une logique acceptable. Ensuite arrivèrent les deux premiers postscriptums (sur la loi de Parkinson et sur la pseudo rigueur), puis l’addendum mis en ligne en 2002, suite assez logique au demeurant. A partir de ce moment, nous reconnaissons avoir ajouté une cascade de postscriptums dont le premier (N° 3) traitait déjà un sujet “ad latere” (sur la responsabilité) et dont les suivants (de 4 à 8) sont des extensions ayant encore droit de cité dans le contexte de la gestion de projets, s'agissant de commentaires ou d’exemples. Mais les derniers postscriptums (9 à 15) ne devaient sans doute pas prendre place dans ce site consacré à la gestion de projet.

L’explication d’un pareil iter est tout à fait naturelle, comme est naturelle l’irrationalité même du comportement humain. Au début une idée qui se transforme en projet. La réalisation est assez rapide. Bien ! On se rend compte ensuite qu’on a perdu des pièces en chemin et qu’on a passé sous silence des arguments jugés importants et non traités par ignorance ou distraction. Entre-temps, l’enthousiasme commence à faire défaut et, surtout le temps manque cruellement.

Nous nous étions jurés à l'origine de réviser régulièrement le site et, surtout, surtout, de temps en temps, de refondre le tout pour faire en sorte qu'il reste à peu près cohérent, malgré les nombreux ajouts et modifications. Pas le temps, absolument pas. Les premières rides apparaissent. En outre, nous pensions qu'à ce stade, cela ne valait pas la peine d'en rajouter dans le domaine de la gestion de projet. D’autres pourraient le faire mais nous manquons des outils nécessaires. Citons à titre d’exemple la page consacrée au syndrome de la Loméchuse : sujet fascinant s’il en est. Le lecteur attentif s’apercevra sûrement que notre explication de la sujétion hypnotique des chefs attaqués par Loméchuse est “légère”. Il s’agit d’un argument qui demande des moyens adéquats et des connaissances en psychologie, voire même en psychiatrie, domaines dans lesquels nous nous sentons bien faibles.

Arrivés à ce stade, nous avons éprouvé le besoin de traiter de sujets (problèmes de société) qui avaient peu de rapports avec les projets au sens strict du terme. Un blog ou un autre site auraient pu faire l’affaire ; mais nous n’avions pas le temps de nous dédier à l’art des blogs et, toujours par manque de temps, nous avons décidé d’ajouter d’autres postscriptums sur le même site. Solution irrationnelle, certes, mais l’alternative aurait été de ne rien écrire et nous avions envie de le faire. Si quelqu’un avait dû nous payer pour ce site, il ne serait sans doute pas satisfait. Mais travaillant pour le plaisir et, profitant de la liberté offerte par Internet, nous éprouvons finalement une certaine indulgence pour notre façon de procéder et nous en demandons autant à ceux qui auraient la patience de nous lire.

Page précédente  Haut de page    Page suivante